ACSI

1ère Association des Professionnels du Marketing et de la Vente des SERVICES B to B / Since 2007

     

Muriel VERSINI / Manager Relations Clients / Segeco



Question 1 : Quels sont vos formations et diplômes ?

DEUG de Lettres modernes (pour apprendre à bien écrire)
Maîtrise Sciences et Techniques de la Communication option journalisme (pour comprendre et maîtriser les bases de la communication)
Reprise actuellement d’un cycle certifiant pour comprendre et maîtriser les concepts d’E-réputation, d’influence et de Marketing digital (Plan Marketing Online/ Digital Brand Content / Inbound Marketing / Marketing automation / KPIS et Tableaux de bords appliqués au WEB…)


Question 2 : Quel a été votre parcours professionnel dans les grandes lignes ?

Après quelques expériences de journalisme TV, et des jobs (post) étudiant en marketing téléphonique qualitatif, j’ai rejoint Deloitte en tant qu’assistante commerciale et marketing puis manager responsable où je suis restée 11 ans. Puis les équipes conseils sont sorties du groupe pour fonder Ineum que j’ ai accompagné en tant que manager responsable marketing et commerce pendant 8 ans jusqu’au changement Kurt salmon (devenu depuis Wavestone). En 2010, j’ai choisi de rejoindre Christophe Roure et Jean-Loup Rogé qui créaient une nouvelle structure de conseil à Lyon, véritable alternative aux grands cabinets internationaux et aux indépendants : SEGECO Consulting. Aujourd’hui l’activité consulting comprend 180 consultants répartis sur trois régions au sein d’un groupe d’expertise comptable d’audit et de conseil de 720 personnes.

En résumé, partie du commercial, du marketing et de la communication pour arriver au business développement, je m’oriente actuellement vers le marketing digital avec une composante accompagnement à la transformation digitale.


Question 3 : L’arrivée du digital a-t-elle été anticipée dans vos métiers ?

Nos métiers d’audit et de conseil se transforment profondément depuis quelques années, que ce soit :
• au niveau des besoins, attentes et exigences des clients,
• de l’offre et des compétences,
• de l’émulation des collaborateurs,
• de l’approche commerciale et de la relation client.

Par exemple, un des enjeux aujourd’hui est de définir une organisation « business development » convergente :
• où tous les collaborateurs peuvent être contributeurs/ambassadeurs grâce à un accompagnement vers les bonnes pratiques (personal branding, développement de réseau, coaching commercial…)
• où tous les métiers (Commissaires aux Comptes, Experts-Comptables, Consulting…) peuvent partager les bonnes informations Business et s’entre-aider dans leur développement respectif (crosselling proactif)
• où les fonctions Business development/Marketing/évènementiel peuvent fidéliser clients, prospects et écosystème partenaires autour d’évènements récurrents et exceptionnels


Question 4 : Quel est votre job aujourd’hui (vos fonctions, votre entreprise et ses enjeux, vos clients,…)

Je suis rentrée au consulting comme Manager Business développement, responsable de la relation client. Avoir des échanges de qualité dans la durée avec des clients, des prospects, des partenaires, et des prescripteurs, c’est essentiel.
Au quotidien, j’agis sur la relation client avec des contacts directs et l’organisation d’événements qualitatifs tout en contribuant directement ou indirectement à la réputation du cabinet et la marque employeur. Je me sens profondément ambassadeur du cabinet. En interne, il s’agit plutôt d’accompagner les associés (plan d’actions, méthodes, outils, support co) dans leur développement en fonction de leur segment (ETI, grand compte, filière sectorielle….) et les jeunes managers dans leur prise de poste au niveau commercial (comment se présenter et présenter le groupe, « pitcher » une offre, écrire un mail percutant, qualifier un projet par téléphone, animer un réseau de prescripteurs…). A nous tous, nous contribuons au développement du groupe et de ses filières, dans une période où nos métiers se transforment profondément.

Aujourd’hui, tout en utilisant et transmettant des savoir-faire fondamentaux (téléphone, mail, pitch RDV), nous avons rapidement compris que le digital allait fondamentalement modifier notre approche business et le groupe a créé une direction transverse du développement que j’ai eu le plaisir de rejoindre. Aujourd’hui le service vise à décloisonner les métiers du marketing, du commerce et de la communication et développer des approches innovantes. Chacun a tendance à porter un sujet novateur qu’il approfondit. Pour ma part, j’investigue le socal selling et remonte petit à petit vers tous les enjeux du marketing digital.

En outre, au-delà du digital, un autre concept est venu bousculer positivement nos fonctionnements : le collaboratif / intelligence collective. Aujourd’hui, nous n’avançons plus seuls. Clients, fournisseurs, partenaires, prospects, nous évoluons dans un environnement mouvant, mais nous évoluons tous ensemble ! Cela donne l’opportunité de belles rencontres et la 'co-construction' de beaux événements tels que le congrès Entreprise du Futur (Co fondation avec Visiativ et l’EM Lyon) qui a rassemblé près de 3000 dirigeants ce début d'année., le CEE6 (Club des Entrepreneurs et Entreprises de Lyon 6e) ou le lancement de la Fondation Segeco….J’ai eu la chance de participer à un chantier interne autour de la RSE où nous avons déroulé l’ISO 26000 et cette démarche permet de se poser les bonnes questions de notre contribution en tant qu’entreprise à la communauté.


Question 5 : Comment vivez-vous personnellement la révolution digitale ?

Une véritable chance et opportunité de rassembler des objectifs qui étaient parfois divergents auparavant : développement, rentabilité, qualité de vie au travail, économie collaborative… et surtout l’émergence de nouveaux métiers tout à fait passionnants : social selling evangelist, sales enablement Manager, feel good manager…à condition bien sûr d’accepter de décloisonner enfin les fonctions connexes du commerce du marketing et de la communication, (voire la DSI !)…

Tous les métiers, anciens ou nouveaux, convergent enfin vers le développement de l'excellence relationnelle élargie.


Question 6 : Qui visez-vous par l’excellence relationnelle « élargie »dans les métiers du conseil et de l’audit ?

La disponibilité, l’écoute, la connexion rapide avec les bonnes personnes, la fidélisation, l’appartenance à une communauté et la gestion des alliances visent absolument tout le monde !
En premier lieu tous les acteurs directs liés à la Relation Clients = Clients + Prospects +Grands donneurs d'ordre+ collectivités
Mais aussi les Partenaires = éditeurs intégrateurs +institutionnels +Fonds et les Fournisseurs = recruteurs + sous-traitants + presse...
Ainsi que l’ écosystème externe : ville, syndicats professionnels, associations, écoles....


Question 7 : Qu’est-ce qui vous frappe le plus dans cette évolution ?

Avec le digital, nous vivons un retour aux fondamentaux : rédiger de manière pertinente, donner pour recevoir, se présenter de manière authentique
Souvent on entend dire = + il y a de digital, + il y a de l’humain
Comme quoi tous ces néologismes ne doivent pas nous écarter de l’essentiel : l’enrichissement de la relation client.

Le plus étonnant, c’est que l’avènement du digital et du collaboratif accélère l’effacement des frontières entre vie professionnelle et loisirs.


Question 7 : pouvez-vous nous citer un exemple ?

Dans le cadre du CEE6, il y a un sous-groupe de fanatiques de voitures anciennes (dont je fais partie) qui organise des sorties parfois simples ou parfois farfelues avec un public élargi hors club (grâce aux réseaux sociaux). C’est l’occasion de découvrir parfois nos clients ou partenaires sous un autre jour et de faire de belles rencontres….business ou pas d’ailleurs !



ITW réalisée par Pierre-Eric BETHOUX. Mai 2017. Tous droits réservés.
Notez

Lu 303 fois